La sécurité

L’escalade en salle a connu un fort développement au cours de ces dernières années. Ce sport est devenu de plus en plus populaire et est maintenant largement accessible au grand public à travers des clubs comme le notre et se pratique dans un environnement globalement sécurisant.
On constate cependant une augmentation significative du nombre d’accident dus à des erreurs humaines. Il faut se rendre à l’évidence, l’escalade en salle est un sport dangereux s’il n’est pas pratiqué avec un minimum de compétence. Ces accidents sont parfois très graves et leurs causes sont malheureusement répétitives. C’est pourquoi, il me semblait important de faire un petit article sur le sujet afin de donner les infos nécessaires pour pratiquer cette passion en limitant au maximum les risques inutiles et stupides.

Si vous croyez que ça n’arrive qu’aux autres !

Quelques statistiques pourront peut-être vous faire changer d’avis, aujourd’hui, il y a environ 24 accidents de grandes hauteurs (supérieur à 4m) par an, cela représente un chiffre d’environ 2,3% des grimpeurs ce qui est loin d’être négligeable, sur l’ensemble de ces accidents nous pouvons constater les faits suivants :

  • 50% des accidents arrivent à des débutants à cause d’ une mauvaise connaissance du matériel utilisé et d’une non connaissance des dangers. (Descendeur mal utilisé, noeud mal fait, assurage non adapté, …)
  • 50% des accidents arrivent à des grimpeurs expérimentés par distraction parce que en salle l’ambiance est relax et on oublie le danger. (Corde trop courte, inattention, noeud oublié, erreur de manipulation de corde, …)
  • Les cas d’accident dus au matériels, ou à la nature des murs d’escalade est proche de 0%.
  • La nature des revêtement de sol (tapis plus ou moins adaptés) diminue de façon conséquente la nature des traumatisme.

Quelques trucs pour éviter les distractions

En dehors des conseils traditionnels qui consistent à rappeler, qu’il faut rester concentré, être attentif à son grimpeur et à son assureur, vérifier toujours son matériel, je vous propose la check-list qui suit qui vous évitera toujours des oublis fâcheux !

Pour l’assureur :

  1. Mon descendeur (grigri, huit, plaquette, etc…) est bien monté et bien fixé à mon baudrier avec un mousqueton à vis.
  2. Mon descendeur est bien fixé avec la bonne corde et du bon coté de celle-ci.
  3. Mon baudrier est correctement fermé et ajusté.
  4. Le mousqueton à vis fixant mon matériel d’assurage est correctement fermé et vissé.
  5. Le noeud en huit de mon grimpeur est bien fait, serré et placé correctement sur son baudrier.
  6. Le baudrier de mon grimpeur est correctement fermé et ajusté.
  7. Mon grimpeur part avec suffisamment de dégaines pour effectuer la voie sans risque.
  8. Il y a un noeud en bout de corde.
  9. Je suis attentif au départ de mon grimpeur.

Pour le grimpeur :

  1.  Mon noeud en huit est correct, bien serré et fixé correctement sur mon baudrier.
  2. Mon baudrier est correctement fermé et ajusté.
  3. J’ ai assez de dégaines pour effectuer la voie.
  4. Le baudrier de mon assureur est correctement fermé et ajusté.
  5. Le descendeur  (grigri, huit, plaquette, etc…) de mon assureur est bien monté et bien fixé à mon baudrier avec un mousqueton à vis.
  6. Le descendeur  de mon assureur est bien fixé avec la bonne corde et du bon coté de celle-ci.
  7. Le mousqueton à vis fixant le matériel d’assurage de mon assureur est correctement fermé et vissé.
  8. Il y a un noeud en bout de corde.
  9. Mon assureur est attentif à mon départ sur la voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.